Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Hautmont Pro

Des organisations vivantes pour un monde vivant : quand la lutte contre le paludisme et le SIDA inspirent nos pratiques - Le Mardi 5 Février 2019 de 19h30 à 22h00 - Soirée Vivre l'économie autrement.

Le paludisme est la maladie la plus mortifère au monde : la moitié de l’humanité vit en zone impactée par cette maladie véhiculée par un petit moustique. Elle cause plus de 700.000 morts chaque année – à 90% en Afrique - sans compter les crises de palu qui entraînent des conséquences socio-économiques très lourdes. Pourtant, une plante connue depuis des millénaires en Chine peut soigner ce mal. Prise en tisane, l’Artemisia peut guérir à 98% la maladie en interrompant le cycle infernal de la transmission.

INSCRIVEZ VOUS ICI

Le paludisme est la maladie la plus mortifère au monde : la moitié de l’humanité vit en zone impactée par cette maladie véhiculée par un petit moustique. Elle cause plus de 700.000 morts chaque année – à 90% en Afrique - sans compter les crises de palu qui entraînent des conséquences socio-économiques très lourdes. Pourtant, une plante connue depuis des millénaires en Chine peut soigner ce mal. Prise en tisane, l’Artemisia peut guérir à 98% la maladie en interrompant le cycle infernal de la transmission.

En 2012, quand le Dr Lucile Cornet-Vernet, chirurgien-orthodondiste à Paris, entend parler de cette plante par un couple d’amis sauvés par cette armoise, elle décide de faire de l’étude et de la diffusion de cette plante le combat de sa vie. Avec son mari et quelques amis, elle crée La Maison de l’Artemisia pour prouver le pouvoir de cette plante pour éradiquer le paludisme.

La manière de rendre ces soins efficaces et peu coûteux accessibles à tous passe par l’empowerment des communautés locales et citoyennes à travers pays et continents. Pour cela, une organisation flexible et décentralisée s’est mise en place.

Sorti en octobre dernier, le livre « Artemisia, une plante pour éradiquer le paludisme » (Ed. Actes Sud) raconte l’odyssée pour diffuser et faire reconnaître les vertus d’une simple plante qui peut sauver de vies et améliorer la vie de millions d’habitants. Il décrit également la manière dont se coordonne ce réseau international, interconnecté et interdépendant. Et c’est inspirant pour beaucoup d’organisations !

Derrière ce destin inattendu, le parcours de Lucile Cornet-Vernet peut rejoindre personnellement en nous incitant à écouter notre voix intérieure et nos « colères prophétiques » qui incitent à passer à l’action… La citation de François d’Assise en ouverture de son livre prend tout son sens en écoutant son parcours : « Commence d’abord par faire le nécessaire, puis fais ce qui est possible de faire, et tu réaliseras l’impossible sans t’en apercevoir »

En écho à l’intervention de Lucile, comme il l’avait fait avec Frédéric Laloux en novembre 2015,Jean-Louis Lamboray nous partagera l’expérience du réseau mondial La Constellation qu’il a créé en 2004. De la même manière, les personnes sont au centre des solutions, une vision plus que nécessaire mais souvent absente dans beaucoup d’organisations !

Médecin, fondateur d’ONUSIDA dans les années 1990, Jean-Louis a quitté les organisations internationales pour développer une approche pragmatique et efficace pour trouver des réponses locales à des problématiques complexes. Le partage de bonnes pratiques qui remettent l’humain au centre et la découverte des forces d’un groupe libèrent les énergies et permettent le passage à l’action.

Son expérience décrite dans le livre « Qu’est-ce qui nous rend humains ? » est avant tout une invitation à changer notre regard pour construire une approche basée sur la confiance dans les capacités, souvent inexploitées, des personnes, en arrêtant de penser que nous avons la solution à leur place. Jean-Louis accompagne le réseau des Maisons de l’Artemisia et a préfacé le livre de Lucile Cornet-Vernet.

>>> Voir ici la Newsletter de décembre de La Maison de l’Artemisia avec en particulier tous les liens presse et interviews