Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

S'inscrire à la newsletter
Centre spirituel du Hautmont Vous en sortirez grandiCentre spirituel du Hautmont

Rechercher dans notre programme

Teilhard de Chardin et la question du "péché originel"

  • Atelier
  • Inscription obligatoire
Animateur
Martin Pochon, jésuite et formateur.
Acompte
27.0 €
Date
Teilhard de Chardin et la question du "péché originel"
Détail
Nouveauté

Poser la question du péché originel, c’est poser la question du mal, de la souffrance et de la mort. Pour l’Eglise, la mort a été conçue pendant des siècles comme la marque d’un châtiment infligé par Dieu à nos premiers parents et à tous leurs descendants en raison de leur désobéissance.
Pour Pierre Teilhard de Chardin, évolutionniste héritier de Darwin, la mort était la condition de l’apparition de l’homme, car il faut la succession des générations pour qu’il y ait évolution.
Dès lors, il n’est pas étonnant qu’il fasse le constat suivant : « La notion traditionnelle du péché originel est le principal obstacle rencontré par les chercheurs orthodoxes quand ils essayent de faire cadrer les données scientifiques et la représentation historique « révélée » des Origines humaines. » (O.C., Tome X, p49).


Nous vous proposons de relever le défi que représente ce constat en trois étapes :


1. La diversité des regards sur le mal dans les premiers siècles de l’Eglise jusqu’au cinquième siècle, puis du concile de Carthage jusqu’au concile de Trente.


2. La position du Père Teilhard : le mal est la conséquence du tâtonnement nécessaire à l’évolution. « Partout où naît de l'être « en devenir », la douleur et la faute apparaissent immédiatement comme son ombre, comme accompagnement fatal [pour les créatures] de leur effort de progrès. » (O.C. Tome X, p53). Le monde est inachevé, la perfection n’est pas en arrière mais en avant, “tout tient par en haut”, le sens se dessine dans la synthèse et non dans l’analyse.

3. Où en sommes-nous aujourd’hui ? Les quatre derniers papes souhaitent une reformulation du dogme ; Comment le repenser ? Une figure du péché originel est caduque, mais “la source”, le principe du péché ne réside-t-elle pas dans les conceptions que nous nous faisons de nos limites et de notre ressemblance à Dieu ? L’Evangéliste Jean ne dit-il pas : “Nous lui serons semblables puisque nous le verrons tel qu’il est” (1 Jn 3,2) . Le péché originel est mort ! Vive le péché originel !

Le soir nous aborderons un thème connexe : “Récits scientifiques et récits bibliques de la création”.

 

Tarif : 27€ pour l'ensemble de la journée, repas du soir inclus ou 15€ pour la journée sans le repas du soir.